Episode très moyen pour « L’amour est aveugle ».  Comme le dit le proverbe, il n’est de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

Les roux complètement à l’ouest et, par ailleurs, très imbus d’eux-mêmes seraient-ils en passe de devenir l’un des must de l’émission ? ©Tf1

Présentation des candidates et candidats du jour.  Laetizia, la cagole de Nice qui a l’habitude d’être « la plus adorée ».  Johanna, la coiffeuse gironde mais plutôt jolie.  Sans oublier, Audrey la future mariée qu’on a planté devant l’autel et qui a des doutes sur son physique.  Fondés les doutes.  Du côté des garçons, Julien qui adule « sa troisième jambe », Stéphane échappé tout droit d’un épisode de Kabouter Plop, et Lauran, qui cherche une fille « intéressante »  Mais a-t-il sonné à la bonne porte ?  Pas sûr.  Sans surprise, Stéphane se prend un râteau d’entrée de jeu.  Aucune fille ne le choisit.  Il contre-attaque en exigeant un rendez-vous avec Laetizia.  Il insiste pour que la blondasse découvre la partie poilue de son anatomie, c’est-à-dire sa barbe.  La pauvre fille ne trouve rien de mieux que de se signer.  Jésus, Marie, Joseph, que suis-je venue faire dans cette galère ?  Elle se félicite de n’avoir montré « aucun signe de retour », « tout en étant été très gentille ».  Une cagole qu’on vous disait.  Johanna et ses rondeurs rejoignent Lauran dans la chambre noire.  Une longue séance de palpé-serré et Johanna se convainc que « Laurent, c’est le meilleur ».  Pendant ce temps-là, Julien se prépare pour ses deux rendez-vous en se tartinant de phéromones.  Mais où vont-ils chercher cette bande de barjes ?  Il écope d’un premier rendez-vous avec Audrey, la mariée chouineuse.  Il lui trouve des « poignées d’amour » et « un bon morceau » côté pile.  Ce qui, selon ce gros beauf, serait parfait pour « faire clac-clac » mais totalement rédhibitoire « pour l’amour ».  C’est au tour de Laetizia de rejoindre le roux phéromoné dans la chambre noire.  Elle se vend comme « une petite princesse », qui a « des manières que beaucoup de filles n’ont pas ».  Encore heureux.  C’est à ce moment que débarque Jennifer, la femme idéale.  Et là, après plusieurs semaines à juguler la démangeaison qui monte régulièrement à l’assaut de nos zygomatiques, on s’écroule de rire.  On donnerait cher pour connaître les critères selon lesquels Tf1 recrute ses femmes et ses hommes idéaux.  Au moment d’éliminer l’une des quatre prétendantes, c’est évidemment Johanna qui prend la porte.  Quand il la découvre dans la lumière, Lauran « s’en bouffe les doigts ».  Julien envoie un poème à Laetizia, qui l’imagine « fleur bleue » comme elle.  Quand le garçon n’attend qu’une chose, que sa « troisième jambe » entre dans la danse.  C’est beau la clairvoyance.  C’est là que les femmes décident d’éliminer Stéphane, le nain de jardin.  Espérons que le râteau qu’il vient de se ramasser pourra lui être utile.  Quoi, pas d’homme idéal cette semaine ?  Il faut croire que la prod’ n’est pas parvenue à dénicher l’oiseau rare.  Arrive enfin le moment de se découvrir en pleine lumière.  Julien retrouve sa princesse au petit pois, dans le cerveau.  Il a un « bébé coup de foudre », tandis qu’elle le trouve « pas moche ».  Lauran remporte un double droit de regard, sur Jennifer et Audrey.  Une fois n’est pas coutume, deux filles décident de l’attendre ensemble sur le balcon.  Sauf que, dans un dernier sursaut de lucidité, le garçon les plante toutes les deux.  En fait, il ne se remet pas de la perte de Johanna.  Quant à l’insupportable Julien, il est rejoint par sa blondasse.  On leur promet une belle histoire qui va durer, au moins, jusqu’à la fin de l’allée du jardin.  On ne sait pas si la Niçoise peut vraiment plaire dans le noir mais, avec un sparadrap sur la bouche, elle a toutes ses chances.  C’est là qu’on apprend que cet épisode sera immédiatement suivi d’un autre.  Mon devoir professionnel me dit de tenir bon et de regarder jusqu’au bout.  Mais mon instinct de survie me commande d’aller au lit.  Désolée mais c’était ça ou la lobotomie.