Tandis que Closer dévoile les premières photos du bébé d’Amélie, Public révèle que la blonde n’aurait plus un sou.  De là, son manque de scrupules à vendre le petit Hugo au plus offrant ?

Amélie, on l’avait toujours trouvée d’une bêtise sans fonds, on ne savait pas à quel point on avait raison. ©NT1

Selon Public, les finances d’Amélie seraient dans une situation critique.  NT1 a décidé de ne pas donner suite à sa téléréalité, « Amélie en mode baby », et la nouvelle saison des Anges de la Téléréalité ne démarrera pas avant quelques semaines.  A part l’argent récolté grâce à ses apparitions dans l’un ou l’autre tabloïd, Amélie ne pourrait plus compter que sur le chômage.  Au point que, toujours selon Public, la Belge entretiendrait de vives inquiétudes sur la façon dont elle va pouvoir subvenir aux besoins de son enfant.  De là, sa décision de monnayer les révélations sur son bébé à prix fort.  Une info à prendre avec des pincettes, néanmoins.  Certes, faire la cover d’un magazine rapporte pas mal de sous mais pas assez pour vivre toute l’année durant là-dessus.  Par ailleurs, on se doute bien un peu que NRJ12 n’a pas précisément vocation à couvrir d’or les has been qui viennent échouer dans les filets de ses téléréalités.  Mais quand même…  Pour autant qu’on puisse en juger, Amélie a une famille qui la soutient et pas mal de beurre à mettre dans les épinards de ses allocations de chômage.  C’est beaucoup plus que pas mal de mamans célibataires ne peuvent en dire aujourd’hui.