Invitée hier soir sur le plateau de Jean-Marc Morandini, Mallaury Nataf n’a pas mâché ses mots.  Propos limite antisémites ou gros mensonges, voire les deux en même temps ?

©Morandini !

Mallaury Nataf a décidément tout pour plaire.  Non seulement, depuis qu’elle a poussé la porte du Parisien, la jeune femme nous régale chaque jour d’une version revisitée de sa « descente aux enfers » mais aussi, après s’en être pris de façon plutôt perfide à Paul Amar – qu’elle a accusé de laisser l’un de ses collaborateurs à la rue – elle vient de se trouver une nouvelle tête de turc.  Hier soir, sur le plateau de Morandini !, elle s’est attaquée à Jean-Luc Azoulay, le patron d’AB Productions et, donc, son boss de l’époque du « Miel et les abeilles ».  « Y’a plusieurs catégories de juifs.  Celle que j’essaie de devenir et puis les gens comme Jean-Luc Azoulay, Madoff, DSK ou même, mon propre père.  Azoulay est un menteur et quelqu’un de mauvaise foi, quand il dit que je ne lui ai pas demandé d’aide.  Il y a deux ans, quasiment jour pour jour, j’étais dans son bureau. Je lui ai demandé un peu d’argent.  5.000 euros…  Et lui, qui a un 1.000 m2 à Neuilly, m’a dit qu’il n’avait pas d’argent pour moi.  J’ai ensuite tenté de le joindre pendant 3 semaines mais il ne répondait jamais en voyant mes numéros.  Ça fait 14 ans que ma série repasse sur trois chaînes du câble et du satellite et je n’ai jamais touché un euro.  C’est un escroc. Ce qu’il n’a jamais cessé d’être, un escroc… »  Cécile de Ménibus et Jean-Marc Morandini auront eu beau lui faire remarquer le caractère diffamatoire de ses propos, la jeune femme a préféré camper sur ses positions.  Et c’est vrai qu’un joli procès, ça fera très bien dans le décor de sa vie ravagée.