Souvent critiquée mais, surtout, beaucoup regardée, Koh-Lanta ne fait pas forcément l’unanimité.  Il est vrai que les amateurs d’hygiène corporelle et d’effluves délicates ont de quoi s’insurger.

Si Denis Brogniart se tient toujours à bonne distance des candidats, il y a une bonne raison à ça. ©Tf1

Koh-Lanta comme si vous étiez ?  C’est ce que propose cette semaine Télé Loisirs, qui livre une version en odorama des aventures de nos Robinsons préférés.  Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’hygiène des aventuriers sans jamais oser le demander ?  C’est ainsi qu’on apprend qu’effectivement, sur les plages abandonnées, ça refoule grave.  Incommodant ?  Pas vraiment, puisque comme le confie l’un des participants: « On est tous tellement sales que l’on ne sait plus si l’on sent mauvais. »  Côté haleine, en revanche, ce même aventurier reconnaît qu’ils sont tous obligés de se parler « à 2m de distance ».  Tout un poème.  On a droit également à quelques éclaircissements – dont on se serait bien passés – au sujet du transit intestinal des candidats.  Mais rassurez-vous, il paraît qu’au bout d’un certain temps, ça finit par « se réguler ».  Quant à certaines contingences typiquement féminines, la prod’ fournit à ces dames tout le matériel dont elles ont besoin et, histoire de ne pas avoir une boîte de Tampax ou pire qui traîne à l’image, prend également en charge le rapatriement des protections hygiéniques généreusement allouées.  Et oui, entre la réalité de la vie des naufragés et l’image qu’en reçoivent les téléspectateurs, il faut pouvoir faire tampon.