Selon le site d’« Arrêt sur Images » et un témoignage anonyme émanant d’un membre de la production, Gérald Babin ne serait pas décédé dans les conditions décrites par Adventure Line Productions et Tf1.

Adventure Line aurait-elle la mort de Gérald Babin sur la conscience ? © DR

Un témoignage révélé par le site d’« Arrêt sur Images » et émanant d’une source anonyme, qui se trouvait au Cambodge au moment du décès de Gérald Babin, la prod’ de Koh-Lanta serait loin d’être irréprochable.  Voici ce témoignage qui fait froid dans le dos: « Il est évident pour n’importe quel observateur présent, rien qu’en le regardant, que Gérald va très mal avant même que l’épreuve du tir à la corde ne commence. Très vite, Gérald s’effondre, la tête dans le sable. Il ne bouge plus. Quelques minutes se passent. Le médecin présent sur place s’inquiète et demande l’autorisation à la production d’intervenir. La production refuse: pas avant que le jeu ne soit terminé. D’autres minutes se passent. Le médecin insiste. Même refus de la production. Gérald gît toujours par terre, la tête dans le sable, immobile. Certaines personnes me rapportent avoir entendu Gérald appeler “A l’aide !” (…) La production refuse toujours l’intervention. Finalement, le jeu se termine. Il s’est écoulé environ 10 minutes, peut-être plus, entre le moment où Gérald s’est effondré et le moment où le médecin intervient finalement.  L’intervention du médecin est filmée, et comme la première prise de son intervention n’est pas bonne, on lui fait “’rejouer” son entrée. »  Puis, ce même témoin relate qu’alors qu’il était possible d’évacuer directement le jeune homme par hélicoptère, la prod’ opte pour un transport par bateau, beaucoup plus lent.  Ce n’est qu’après le deuxième malaise cardiaque du Robinson que le pilote de l’hélicoptète est sollicité.  Las, la prod’ ne met plus la main sur son numéro de GSM.  Autant de cafouillages – pour ne pas qualifier autrement ces erreurs fatales – qui font que, quand finalement Gérald Babin décolle pour l’hôpital de Sihanoukville, deux heures se sont écoulées depuis qu’il s’est écroulé dans le sable.  « On ne le reverra jamais vivant. » Cette version de l’accident a été corroborée par la production d’ « Arrêt sur images », qui a notamment interrogé les responsables la société d’hélicoptères intervenue sur place. En revanche, l’infirmière de Koh-Lanta abonde dans le sens de la production.  Qui a tort, qui a raison ?  Quant à Tf1 et Adventure Line, qui ont été avertis de la diffusion de ce témoignage anonyme, ils n’ont pas souhaité réagir, pour le moment.