Il y a quelques jours, Nabilla a défilé pour Jean-Paul Gaultier.  Si sa prestation n’a pas convaincu les fashionistas, elle a en tout cas comblé le couturier, qui a pris la défense de la bombasse.

©Reporters

©Reporters

Qu’on soit fan, ou pas, de Nabilla, force est de reconnaître que, lors de son passage par le catwalk de Jean-Paul Gaultier, elle était à couper le souffle.  Las, sa prestation n’a pas convaincu les puristes et les autres, qui estiment que Haute Couture et téléréalité ne font pas bon ménage.  Et d’aucuns, dont un certain Tim Banks, de parler d’une prestation « bas de gamme ».  Mais c’était sans compter sur l’esprit frondeur de l’enfant terrible de la mode, qui s’est empressé de prendre la défense de la bombasse et de faire aux critiques de mode la réponse du berger à la bergère.  « Cher Tim, 

Il fut un temps où tu aimais mes défilés, mais ce temps est révolu et je le respecte. Par contre, le Tim que j’ai autrefois connu n’aurait jamais proféré des attaques plus personnelles que professionnelles. J’ai toujours eu des filles sur mes défilés qui étaient de différentes strates sociales. Dire de quelqu’un qu’il est “bas de gamme”, c’est petit. 

A l’avenir, plutôt que de t’ennuyer à mes défilés, tu pourrais utiliser ce temps pour faire autre chose, par exemple revoir ton histoire de la mode.  Comme ça, tu saurais que mon mille-feuilles de mousseline ne fait pas écho à celui de Saint Laurent.  Il a été inspiré par une robe de Nina Ricci de 1967, en hommage à Gerard Pipard, qui est récemment décédé. 

Si tu es nostalgique de cette période, où j’étais considéré comme le véritable héritier de la mode française, achète un billet pour mon exposition actuellement à Stockholm et bientôt à Brooklyn et Londres. Bonne visite. »