Quand il s’agit de fêter leur anniversaire, beaucoup pensent réjouissances, gâteau et champagne mais pas Ayem.   Elle préfère les pleurnicheries.

©Reporters

©Reporters

Pour son 26e anniversaire, Ayem s’est fendue d’une petite bafouille.  Enfin, petite, c’est bien sûr un euphémisme.  La bombasse est l’auteur d’une longue et parfaitement dispensable missive à la faveur de laquelle elle se plaint abondamment de son statut de star de téléréalité.  Elle démarre sur une allusion des plus subtiles au sort de sa grande copine, Nabilla: « Pardon de ne pas être là ces derniers jours, mais je pense que vous connaissez la raison de mon silence et la profonde tristesse que je peux ressentir… »  Puis, de poursuivre: « Peu s’imaginent la solitude, le désamour qui règnent dans ce milieu.  Peu s’imaginent ce qu’on doit essuyer comme jugement et rabaissement au quotidien… Mais j’ai choisi, je dois assumer… »  Et de conclure par un hommage à ses fans et c’est vrai qu’il leur en aura fallu du courage pour aller au bout de cette lettre: « Vous êtes la plus belle chose qui me soit arrivée dans ce milieu si dur et peu importe mon avenir dans ce métier car rien ne dure, ni les strass, ni les paillettes.  Et je ne sais pas si j’aurai encore longtemps la force d’être jugée par tous ces gens qui ne connaissent ni mon histoire, ni mes blessures, ni mes peines, ni mes rêves…  Mais… vous et moi, c’est pour la vie. »  Pour la vie ?  Après les trémolos, les menaces ?