Mauvaise passe pour Gégé qui comparaissait jeudi devant ses juges.  Il est accusé d’« agressions sexuelles » à l’encontre de jeunes stagiaires de son parc animalier.

©DR

©DR

Les faits remontent à 2011.  Deux jeunes filles mineures d’âges étaient venues faire un stage dans le parc animalier de Gégé Icardi, candidat emblématique de Koh-Lanta.  Un stage qui avait rapidement pris fin et conduit les deux jeunes femmes à porter plainte contre l’ex-Robinson pour « agressions sexuelles ».  Pas de bol, pour le sexagénaire, la police a mené de plus amples investigations et mis à jour plusieurs histoires du même acabit.  Bien qu’aucune plainte n’ait été officiellement déposée, Gégé a déjà fait l’objet de plusieurs signalements suspects.

 Des malentendus à répétition ?

De manière assez surprenante, l’avocate de Gérard Icardi plaide le « malentendu » et la « plaisanterie », arguant qu’il est possible que l’homme ait « claqué une fesse » mais en toute bienveillance s’entend.  Et de plaider qu’en l’occasion, « le couloir était très étroit ».  On croit rêver.  D’autant que l’intéressé va jusqu’à évoquer « un complot contre sa personne ».  Quoi qu’il en soit, le parquet a requis trois ans de prison avec sursis, une mise à l’épreuve comprenant une obligation de soins, l’indemnisation des victimes, l’interdiction de tout contact avec elles, l’interdiction de toute activité professionnelle impliquant l’encadrement ou un contact avec des mineurs, l’interdiction des droits civils, civiques et familiaux et l’inscription au Fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes. Le verdict sera rendu le 10 mars prochain.