On n’a pas retrouvé la Première Compagnie et c’est aussi bien comme ça.  En revanche, on a eu des nouvelles de Marlène Mourreau qui s’est confiée à Public.

C’est dingue comme ils ont changé, Vincent Moscato et Jean-Pierre Castaldi. ©Reporters

Marlène Mourreau, c’est la bombasse un peu défraîchie qui avait fait les beaux jours de Première Compagnie, feu la téléréalité façon bidasses de Tf1.  A l’époque, la jeune femme oeuvrait sur les chaînes espagnoles, où elle s’était fait connaître, entre autres, en participant au Big Brother des célébrités espagnol.  Gran Hermano dans le texte.  Aujourd’hui, la blonde ne vit plus en Espagne parce que « l’économie est au plus mal là-bas ».  Tiens, on n’avait pas remarqué.  Revenue en France, Marlène produirait depuis un spectacle intitulé « Paris Latino » qui, selon ses dires, se vendrait comme de petits pains show.  Il faut croire que le succès dudit spectacle ne doit pas être si terrible que ça, puisque l’ex-bidasse a confié à Public qu’elle vivait actuellement chez ses parents.  Sinon, elle se verrait bien ouvrir son propre cabaret.  Pas dans la cave de la maison familiale mais à Paris.  Quant à sa carrière cathodique, elle est derrière elle.  Plusieurs fois approchée pour participer aux Anges de la Téléréalité, elle aurait décliné les offres de NRJ12.  Quant à sa vie privée, Marlène confie qu’elle a un chéri de vingt ans de moins qu’elle et qu’elle ne voit qu’une fois par mois.  Autrement dit, quand papa et Maman sont sortis pour faire les courses.  Son rêve ?  Récupérer la garde de son fils de 11 ans qui vit de l’autre côté des Pyrénées et que, pour d’obscures raisons, elle voit que très peu.  Et oui, on a tous nos châteaux en Espagne.