A quelques mois du retour de la téléréalité spéciale Robinsons, et moins d’un an après le décès de Gérald Babin, une ex-aventurière tacle la prod de Koh-Lanta.  La sécurité ?  Peut mieux faire, beaucoup mieux.

©DR

©DR

La prochaine édition de Koh-Lanta devrait débouler dans la lucarne dans les mois qui viennent.  Sauf qu’une ex-candidate de la téléréalité made in Tf1 vient de lâcher quelques révélations, notamment à propos des règles de sécurité qui sont de mise sur le tournage, qui ne sont pas exactement de nature à apaiser les esprits.  A Yahoo, Coumba a confié: « On ne peut pas dire que le risque zéro existe à Koh-Lanta.  Le médecin, c’est celui qui a le dernier mot.  Donc, c’est celui qui nous examine avant le jeu et qui décide si on doit avoir du sucre juste avant l’épreuve.  Le matin, la moitié des aventuriers tombent dans les pommes. Mais, l’après-midi, il y a le jeu. Et là, exceptionnellement, il nous donnait une bouteille de coca…  Donc, on était au taquet et après, on était K.O. »  Et la jeune femme, qui se dit convaincue qu’il était inévitable que, tôt ou tard, un drame survienne, de conclure: « Koh-Lanta, ça reste une aventure extrême.  En dehors du jeu, c’est vrai qu’il aurait pu arriver n’importe quoi.  Il n’y avait pas grand monde. Surtout le soir, quand les cadreurs et les journalistes partaient. On était seuls. »  Y’a pas à dire, ça rassure !