C’était le bon temps de la téléréalité, quand elle n’était pas – uniquement – l’apanage d’une bande de bras cassés et qu’on pouvait, éventuellement, y faire fortune.

©DR

©DR

A la faveur d’une interview accordée à Pure Charts, Alexia Laroche-Joubert est revenue sur ses années Starac et, surtout, sur celles des premiers élèves du Château, quand celui ou celle qui l’emportait avait encore l’occasion de s’en mettre plein les poches.  D’ailleurs, le gagnant ou la gagnante n‘était pas seul(e) à bénéficier de revenus plus que confortables.  « Ils ont bien gagné leur vie.  Ils avaient des contrats de jeunes artistes.  Vous savez, c’est intéressant de vendre autant, plus d’un million d’exemplaires, avec des contrats d’artistes !  Et le gagnant touchait un million d’euros. C’était incroyable, il n’y a plus d’émissions aujourd’hui qui proposent des gains aussi énormes. »  Mais n’allez pas croire pour autant que Tf1 a laissé sa chemise dans l’affaire.  Que du contraire, puisque selon l’ex-Directrice, l’affaire a été plus que « rémunératrice ».  Et d’expliquer comment la chaîne faisait son beurre sur les compiles de chansons joyeusement massacrées par les élèves: « D’un point de vue business, c’est plus économique de publier un album hommage, d’un seul artiste, plutôt qu’une compilation où il faut payer tous les artistes. Je ne m’occupais pas du tout des aspects financiers et juridiques.  Donc, je ne peux pas en dire plus. Mais ça a rapporté à tout le monde. »