Hier soir, « L’amour est aveugle » revenait sur Tf1.  Mais que faut-il penser de ce grand retour ?  Laissez-nous vous éclairer.

Francesca, la femme avec un grand A. Ou, plutôt, avec un bon gros C ? ©Tf1

Hier soir, « L’amour est aveugle » faisait son grand retour sur Tf1.  On nous promettait une saison deux haute en couleurs et on n’a pas été déçu.  Première constatation, la voix d’Arnaud Lemaire a toujours sur nous ce même effet hypnotique.  Dans la pharmacopée classique, on appelle ça un somnifère.  Mais trêve de sarcasmes, le casting de ce premier rendez-vous a quelque chose d’irrésistiblement racoleur.  Du côté des garçons, Benjamin, du « beau bébé » ou plus exactement l’équivalent masculin d’une cagole, Fabrice, l’artiste bidon tendance Francis Lalanne, Didier qu’on a tout de suite envie de surnommer « Chauve qui peut » et qui veut rencontrer « la femme avec un grand A ».  Du côté des filles, on a Caroline « comme dans Boule et Bill », pour faire simple LA moche de l’émission de ce soir, Anne-Laure l’hystérique de service, qui veut être « zauvage comme une black », Julie la pimbêche coiffeuse, avec laquelle on a tout de suite envie de se crêper le chignon.

La suite >